faits divers francefrancesociété

ETA : L’organisation indépendantiste basque annonce la dissolution de toutes ses structures

ETA annonce sa dissolution. Dans une lettre datée du 16 avril publiée mercredi par le journal en ligne espagnol eldiario.es, l’organisation séparatiste basque déclare ce mercredi avoir “dissous toutes ses structures” et “mis fin à sa fonction”.

 

Les membres de l’ETA ont annoncé la dissolution de “toutes ses structures” dans une lettre publiée en ligne par le journal eldiario.es. “L’ETA a décidé de mettre fin à son cycle historique et à sa fonction, mettant un terme à son parcours. En conséquence, l’ETA a dissous complètement toutes ses structures et considère son initiative politique terminée”, affirme cette lettre écrite en basque et portant l’emblème de l’organisation, un serpent enroulé autour d’une hache. Mi-avril, un médiateur du Groupe international de contact (GIC), structure qui a oeuvré à la paix au pays basque, avait estimé que l’organisation annoncerait sa dissolution pour le premier week-end de mai

La fin d’un long processus

L’organisation signale qu’après la conférence internationale de paix d’Aiete en 2011, elle a mis en oeuvre “la fin ordonnée, rationnelle et constructive” de la confrontation armée, mais que ni la France ni l’Espagne n’ont accepté de suivre la feuille de route d’Aiete. En 2011, Kofi Annan ex-secrétaire général de l’ONU, Gerry Adams, Pierre Joxe, et une dizaine d’agents internationaux s’étaient réunis au palais d’Aiete à St Sébastien-Donostia pour demander à ETA d’arrêter ses attentats et à la France et l’Espagne de discuter, ce qui aurait supposé une négociation directe entre les Etats et l’organisation Euskadi Ta Askatasuna.

ETA signale que sa décision met fin au cycle historique de 60 ans d’ETA. Elle ne surmonte pas cependant le conflit que le Pays Basque connait toujours avec la France et l’Espagne. “Le conflit n’a pas commencé avec ETA et il ne  terminera pas avec la fin du parcours d’ETA”.

Cette annonce intervient à la veille de la “rencontre internationale pour avancer dans la résolution du conflit au Pays Basque” organisée ce vendredi à Cambo-les-Bains, au Pays Basque.

Dans un communiqué diffusé le 20 avril dernier, ETA demandait pardon aux victimes “étrangères au conflit” et se disait “sincèrement navrée” des dommages engendrés par son combat pour l’indépendance du Pays Basque.

Conférence internationale le 4 mai

C’est en octobre 2011, à la conférence internationale de paix d’Aiete, qu’ETA avait annoncé abandonner définitivement le recours à la violence. En avril 2017, l’organisation séparatiste avait remis aux autorités françaises la localisation de son arsenal, soit huit caches d’armes.

Enfin, dans un communiqué publié le 20 avril 2018 dans le quotidien basque Berria, l’organisation terroriste avait demandé « pardon » aux victimes pour les violences qu’elle avait commises. La même semaine, ETA avait annoncé qu’elle prononcerait sa dissolution au début du mois de mai, évoquant la date du 4 mai et la conférence internationale de Cambo-les-Bains (Pyrénées-Atlantiques).

Depuis 1959, ETA aura fait au moins 829 morts et des milliers de blessés dans le nord de l’Espagne et le sud de la France. L’organisation est notamment responsable de l’assassinat du président du gouvernement espagnol Luis Carrero Blanco, en 1973.

Dans sa lettre, ETA dit qu’Euskal Herria, le territoire dont elle réclame l’indépendance, reste « en conflit avec l’Espagne et la France »« Le conflit n’a pas commencé avec ETA et ne se termine pas avec la fin du parcours d’ETA », écrit-elle.

Sources : francebleu europe1 lemonde

.

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Articles Liés

Laisser un commentaire

Close